Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

LES DIALOGUES PHILOSPHERIQUES DE CHOCHOTTES ET GRASGRAS

SCENE I /

La scène se passe à la terrasse du Flore à Paris. A une table, Jérôme Grasgras,45 ans environ, bien en chair, cheveux noirs et gras serrés et ramenés en queue de cheval par un catogan, lunettes de myope à grosses monture bleues, blouson et pantalons de faux cuir noir, bottines en faux lézard, petit pull-over rose fluo. Il lit « ou est le bec ? » de façon ostensible. Devant lui une tasse de café.

 
Arrive Charlotte Chochotte, 40 ans ou un peu plus, bourgeoise, habitant avenue Trudaine (elle habiterai Lamarck Caulaincourt, ça marche aussi), blondasse indéterminée, serre tête façon Simone de Beauvoir, bronzage Guerlain, imper de toile cirée blanche, dessous un pull noir et un pantalon noir très serré, sabots « Larzac ».
 
Elle tiens en laisse un machin qui tiens du Yorkshire et du pékinois  et qui répond au nom de « o’cédar » (et d’ailleurs elle ne l’appelle jamais car le chien est sourd comme un pot.). Il aboie sans cesse.
 
Chochotte arrive à la table de Grasgras. Elle est très énervée.
 
-         Grasgras (voix recherchée – on dit plus efféminée, ça fait homophobe) : Et bien ma choute, que se passe t’il ? Tu es épouvantablement en retard ; voila plus d’une demi heure que je t’attends…
-         Chochotte (voix de tête, presque aigue) : ah Jérôme, mon ami, mon ami … si je te disais…
 
Ils s’embrassent bruyamment… 4 fois. Le chien aboie. Les conversations tout autour se sont arrêtées. On les regarde.
 
-         Grasgras : Oh toi, t’es bien énervée ma choute…
-         Chochotte : Ne m’en parle pas… ah, si je te disais
-         Grasgras : Et bien asseyons nous … et dis moi…
 
Ils s’assoient. Le chien aboie. Elle l’attache. Les conversations ont reprit.
 
-         Grasgras : Là, calmons nous… que bois tu ?
-         Chochotte : Rien rien… comme toi… et un bol d’eau.
-         Grasgras : Un bol d’eau ?
-         Chochotte : Oui; pour le chien
-         Grasgras : Ah oui, pour le chien !
 
Il appelle le garçon et commande à voix très haute :
 
-         Grasgras : 2 cafés et un bol d’eau… pour le chien…
 
Le garçon fait signe qu’il a compris et il s’éclipse… on ne le reverra plus ;
 
-         Grasgras : Là, voila, c’est fait ; repose toi calmement… nous avons tout le temps pour allez faire nos soldes… explique moi ce qui se passe…ok ?
-         Chochotte : (haussant les épaule) Gnouf….si tu veux…
-         Grasgras : C’est si grave que cela ?
 
Chochotte ne répond pas et prend sa tête dans ses mains.
 
-         Grasgras : Très tres grave ?
 
Elle fait « oui » avec la tête.
 
-         Grasgras : Alors là, tu m’inquiètes ma choute… (un temps) t’es pas… t’es pas malade au moins …
-         Chochotte : (relevant la tête, étonnée et haussant les épaules) Mais non, je vais très bien…
-         Grasgras : (genre « bon dieu mais c’est bien sur !) Charles Hubert, c’est Charles Hubert qui nous a fait un infarctus… depuis le temps que…
-         Chochotte : Mais non que vas-tu inventer ? le cœur de Charles Hubert va très bien… Un peu de sucre cet hiver comme tout le monde. Mais il s’est mis au golf sur les conseils de son professeur et tout est rentré dans l’ordre…
-         Grasgras : Du golf ? Du golf, Charles Hubert ? (Il hausse les épaules) Pourquoi pas… alors qui ?
-         Chochotte : Qui quoi ?
-         Grasgras : Ben qui est malade ?
-         Chochotte : Mais personne n’est malade… je me tue à te le répéter
-         Grasgras : Ben alors ma choute, que se passe t’il ? Tu verrai la mine que tu as… On dirai que tu viens de manger un loukoum avarié… (un temps ; inquiet) T’a pas de problèmes d’argent au moins ?
-         Chochotte : Ne dit pas n’importe quoi Jérôme !
-         Grasgras : N’importe quoi, n’importe quoi, c’est vite dit. (il s’éclaire ; il a trouvé) J’y suis : Jacques t’a plaqué... Je le savais, depuis le temps que cela te pendait au nez ma petite ; Jacques…
-         Chochotte : (s’esclaffant malgré la situation) Jacques ? Me plaquer, moi ?
-         Grasgras : Ben oui, te plaquer toi… Ca arrive à des gens très bien de se faire plaquer…Vois tu moi qui te parle…
-         Chochotte : (le coupant) Non, jacques ne m’a pas plaqué. Il est parti, il y a deux mois…
-         Grasgras : ah tu vois…
-         Chochotte : en Afrique. je ne sais pas trop bien ou, au Congo ou au Tchad… construire un arc.
-         Grasgras : C’est pas une arche plutôt ?
-         Chochotte : Oui c’est ça une arche… une arche, je te demande un peu ?
-         Grasgras : Je vois (il s’illumine) J’ai compris… Il part et toi hop deux mois après, tu t’aperçois que t’es enceinte… Ah ça ma choute, je t’avais prévenu ; les accidents de pilule à 40 ans passés…
-         Chochotte : (haussant les épaules) J’ai 38 ans et un stérilet…
-         Grasgras : Et bien, les accidents de stérilet, ça existe aussi… Que dit Charles Hubert… Il demande pas le divorce, au moins ?
-         Chochotte : Non, Jérôme, je suis pas enceinte (un temps, solennelle) C’est pire que cela
-         Grasgras : Pire ma choute ?
-         Chochotte : Oui pire… ce qui m’arrive est… (elle cherche le mot) inouï… Oui, voilà c’est inouï
-         Grasgras : Inouï ? Inouï
-         Chochotte : (se décidant) Bon, c’est décidé… je vais tout te dire
-         Grasgras : Tout ?
-         Chochotte : Oui tout, mais toi tu jures de rien dire
-         Grasgras : Rien.
-         Chochotte : A personne
-         Grasgras : A personne
-         Chochotte : Même pas à Aglaé et Sidonie
-         Grasgras : Même pas
-         Chochotte : Jure
-         Grasgras : je jure
-         Chochotte : (Un temps) Quand on jure on crache !
-         Grasgras : Je vais quand même pas cracher ici
-         Chochotte : (Inflexible) Si, c’est pas le lieu où on est qui compte… jure et crache
-         Grasgras : Bon voila je crache
 
Il postillonne un tout petit peu.
 
-         Chochotte : Mieux que ça… mieux que ça. là ça ne compte pas !
 
Il balance un gros glaviot qui va atterrir sur le trottoir. Autour les conversations s’arrêtent. On entends des exclamations genre : « Il est dingue ce mec » « Quel dégueulasse… »
 
-         Grasgras : Ca compte là ?
-         Chochotte : Oui ça compte… (elle prend son souffle) Bon alors voilà ce qui m’arrive... tu va voir, c’est horrible vraiment horrible et encore horrible … (Elle hésite) C’est… (Elle s’effondre) Je ne peux pas… je ne peux pas …
  

Partager cette page

Repost 0
Published by

Le Blog De Lastirokoi

  • : LASTIROKOI SORT DE SA RESERVE
  • LASTIROKOI SORT DE SA RESERVE
  • : Retranché dans ses fôrets et sous son tipi ou il y a l'ADSL (ben oui ça t'étonne?), un indien qui ne comprend plus grand chose au monde civilisé... Il réagit à chaud ou à froid et vous emmene dans son monde de textes, de poêsies et de photos. N'hésitez pas à réagir vous aussi... il faudrait plein de petits indiens qui diraient "merde"aux cons et bravo aux autres... (je te raconte pas le boulot, il y a tellement de cons). bonne visite Last Irokoi
  • Contact

Texte Libre

Archives