Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Christ, dans tes mains
Des épines de fer
Et tes jambes, racines
 
Écorchées sur le tronc de la croix…

Sur ton front, nulle couronne
Rien que rameau de bruyère
Cette plante des fous ….
 
Christ, il faisait chaud ce jour là
Au fin fond du désert, au fin fond des USA…
Sur un campus, tu dormais…
Sac à dos crasseux
Et guitare en travers.
Tu dormais dans le crissement des insectes
Scorpions et scolopendres mêlés,
Grouillants, un peu nauséeux
Comme la buée de chaleur
Qui montait de l’horizon…
 
À l’est de zabriski, rien de nouveau
 

 

Christ, qu’est il arrivé ?
Quelques motos
Sorties d’un garage,
Où souriait sur un mur
Comme une conne ,
Une pin up un peu grasse
Maquillée comme maryline
Sur son lit de mort
 
Christ, ces Harley
Qui haletaient,
Chromes agressifs,
Mirages éphémères,
Ça puait l’essence et la sueur,
La bière et le shit
Quelques notes de blues
Et Dylan en concert
Le soleil qui se couche
Et ma douleur qui se lève
 
Christ tu le savais,
Ce n’est pas possible autrement…
Christ, on sentait qu’il allait se passer quelque chose
C’était trop triste, trop sombre, trop désert
Ils sont entrés dans la salle,
Des flingues à la main
C’était une bibliothèque, Christ
Une bibliothèque où dormaient Marx et Platon,
Montaigne et les autres
Pleins de poussière
Car il faut savoir qu’on ne lit plus là bas
Depuis la mort de Poe, de Steinbeck
Et des autres
On ne lit plus sur la planète perdue
Ou plutôt presque plus
Car quelques étudiants attardés…
 
 
Et des cris et du sang … et la vie qui s’enfuit
Comme la tienne qui s’est mise à couler
De ton flanc percé,
Le jour où le rideau du temple
Brusquement s’est déchiré
 
15 morts, Christ, 15 morts qu’est ce pour toi ?
Oui qu’était ce pour toi
D’éviter ce jour là que quelques motos
Ruisselantes de soleil
Ne s’arrêtent un peu plus loin
 Plus loin…Là où ils n’y à que pierres et silence
Où la terre redevient cette étoile un peu morte, dans un vide minéral
Sans saison, hors de l’univers
Rien rien si ce n’est l’idée que
Justement rien n’est réel
 
Où sont les neiges d’antan ?
Sûrement pas en Arkansas
Trouble horizon
Aussi trouble que le brouillard est sale...
Et Lazare encore ébahi de son voyage
S’est rendormi… comme Platon, comme Marx
Comme Montaigne.
Et comme toi sur ta croix
 
Last Irokoi.
 
(En hommage à Bob Dylan)
 
© 2008

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Le Blog De Lastirokoi

  • : LASTIROKOI SORT DE SA RESERVE
  • LASTIROKOI SORT DE SA RESERVE
  • : Retranché dans ses fôrets et sous son tipi ou il y a l'ADSL (ben oui ça t'étonne?), un indien qui ne comprend plus grand chose au monde civilisé... Il réagit à chaud ou à froid et vous emmene dans son monde de textes, de poêsies et de photos. N'hésitez pas à réagir vous aussi... il faudrait plein de petits indiens qui diraient "merde"aux cons et bravo aux autres... (je te raconte pas le boulot, il y a tellement de cons). bonne visite Last Irokoi
  • Contact

Texte Libre

Archives