Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

undefined

HADJITHOMAS / JORIEGE) 
 
 Visite de l'exposition "ORIENTS SANS FRONTIERES"(sur les traces de la croisière jaune) / 27 02 2008/

Espace Louis Vuitton / Paris/ Champs Elysées

 
A voir absolument cette expo si vous êtes à Paris actuellement... vraiment exceptionnelle... quand le fric d'une grande boite de mode sert à faire des choses comme celles là alors je dis "total respect"
En fait le prétexte, c'est cette fameuse "croisière jaune" qui vers 1930 emmena une poignée d'occidentaux entre Beyrouth et Pékin à bord d'autos à chenilles "Citroën".
L'expo est bâtie autour de l'itinéraire qui suit la route de la soie et met en lumière des artistes contemporains qui vivent et créent sur cette route et dans les villes traversées à l'époque, villes et pays rattrapées par l'histoire du XXème siècle (notamment).
Patronné par Vuitton (déjà cité mais je fais pas de pub !) et par National Géographic (excusez du peu), ce n'est ni un "manifeste politique" , ni une "oeuvre documentaire"; c'est un événement auquel vous participerez et un voyage d'une heure environ que vous allez faire. 

(pour en savoir plus : http://www.louisvuitton.com/ / allez dans "univers"  puis "espace Louis Vuitton")
 
 
De ce voyage, j'ai ramené un texte que je vous donne:
 
LA CHAMBRE JAUNE
 
(Hommage aux créateurs  d’Orients Sans Frontières)
 
Tu entres,
Tu entres dans la chambre jaune…
Derrière toi, tu laisses les bombes
Et les ruines, et les brasiers
Les milices à Beyrouth
Les meurtres en Afghanistan
Et les goulags de chine
 
Tu es sur le seuil ;
Voile fin, translucide, doux
Doux comme un nuage…
Puis un second
Tu entres t’attendant à une découverte
Mais non il n’y a rien à voir,
Rien qu’un 3e voile,
Puis un autre et un autre encore,
Du sol au plafond.
Ils t’obligent à suivre un chemin en dédale.
Ils t’obligent ; voila le mot
 
Et puis il y a la musique…
Douce, douce elle aussi,
Et obsédante,
Voix de femmes
Ou plutôt voix de mères
Qui consolent entre pleurs et religion.
Cela doit être cela que le fœtus
Dans le ventre de sa mère entend
 
Tu continues dans cette chambre
A l’abri, protégé
Et tu évites ces murs,
Si fins, aériens,
Ces murs de soie
Qui conduisent ton chemin.
 
Et si, à côté de toi, quelqu’un passe outre,
Va tout droit  et balaie de la main
Les murs qui flottent…
Toi tu ne le fais pas,
Tu suis le labyrinthe
Pour enfin arriver
Au bout du chemin.
 
Cul de sac clôt de murs jaunes
Comme la robe des bonzes ;
Impasse au sol noir
Noir comme la nuit, comme la mort
Doux, doux, douçâtre,
Comme le plafond de tissu tendu.
 
Tu es enfin arrivé au bout
Et tu réalises soudain
Que tous les chemins mènent là
Que tu suives ou non le labyrinthe
 
Et tu réalises soudain
Que le temps ne compte pas
Que le temps ne s’économise,
Ni ne se gagne
Car si la vie est labyrinthe
Aux murs invisibles (inutiles),
Le temps, lui,
Le temps n’existe pas.
 
Last Irokoi
 
© 2008 in "au hasard des textes"
 
(voir aussi dans cette expo, le film splendide d’Amal Saade et notamment ses images de serres agricoles où les plastiques arrachés volent au vent : on pense à la « Médée » de Pasolini : Pourquoi ? et le film « ink city" de Chen Shaoxiang réellement superbe… Vraiment peu de choses sont à jeter...  Mais, on n'en ressort pas indemne... L.I.


PS / si vous êtes claustro, attention à l'ascenseur...
 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Le Blog De Lastirokoi

  • : LASTIROKOI SORT DE SA RESERVE
  • LASTIROKOI SORT DE SA RESERVE
  • : Retranché dans ses fôrets et sous son tipi ou il y a l'ADSL (ben oui ça t'étonne?), un indien qui ne comprend plus grand chose au monde civilisé... Il réagit à chaud ou à froid et vous emmene dans son monde de textes, de poêsies et de photos. N'hésitez pas à réagir vous aussi... il faudrait plein de petits indiens qui diraient "merde"aux cons et bravo aux autres... (je te raconte pas le boulot, il y a tellement de cons). bonne visite Last Irokoi
  • Contact

Texte Libre

Archives